Rechercher

Crise mondiale : l’urgence de passer maître en gestion émotionnelle


Bonjour à tous,


Suite à mon précédent article dans lequel j’ai expliqué : Comment établir une connexion de qualité avec son enfant ou son adolescent grâce à la compréhension de leurs besoins fondamentaux et la gestion des peurs parentales ?


Une question fondamentale émerge (d’autant plus importante en cette période) :


Comment devenir un parent maître en gestion des émotions et ainsi pouvoir être un modèle pour aider nos enfants et adolescents à faire de même ?


Il est plus que jamais urgent de devenir un maître de ses émotions en cette période de crise sanitaire, social et économique et de pouvoir aider nos enfants à gérer aux mieux les leurs.


Mais pas seulement pour être capable de s’adapter à la crise actuelle...


La vie est faîte de crises...


Crises internes : crise d'ado, crise de la quarantaine, crise identitaire, personnelle, professionnelle, relationnelle...


Crises externes : économiques, sanitaires, sociales, guerres etc...

Nous vivons tous des crises...


La qualité de notre vie ne dépend pas de ce qui nous arrive mais de comment nous réagissons à ce qui nous arrive.


Ce qui détermine nos réactions et nos comportements est : notre état émotionnel.


Que nous le voulions ou non, nous ne sommes pas des êtres rationnels mais des êtres émotionnels.


Nous agissons à partir de nos émotions (qui au passage signifie "mettre en mouvement") et ensuite nous justifions nos actions rationnellement.


Être maître de sa vie, c’est apprendre à maîtriser son état émotionnel.


C’est uniquement en maîtrisant notre monde intérieur, que nous pouvons agir avec résilience sur notre monde extérieur.


Une précision importante :


Une émotion est une réponse brève à un stimulus extérieur.


Elle ne dure pas plus de 2 minutes.


Lorsque cette émotion est entretenue par le mental, elle se prolonge et se transforme en état émotionnel.


Pour donner une analogie :


Une émotion est telle une musique qui vient à vos oreilles, vous traverse et vous branche sur une certaine fréquence.

Lorsque la musique s’arrête, vous n’êtes plus traversé par elle mais pouvez rester brancher sur cette fréquence.

C’est littéralement ce qui arrive lorsque vous ne pouvez pas vous débarrasser d’une chanson dans la tête.


Tant que vous êtes branchés sur sa fréquence, la musique (et donc l’émotion associée) fait partie de votre état interne que j’appel également le monde intérieur.


Vous n’êtes pas responsable des émotions qui vous traversent, en revanche vous êtes 100% responsable de ce que vous entretenez dans votre monde intérieur.


Ce n’est donc pas ce qui nous arrive qui compte, mais la réaction émotionnelle et comportementale que nous avons face à ce qui nous arrive.


ÉMOTION + RÉACTION = ETAT INTERNE


C’est donc la maîtrise de notre état émotionnel qui détermine notre capacité à nous adapter aux crises de notre vie.


En Chine et au Japon, le mot « crise » est décrit par deux idéogrammes signifiant conjointement « danger » et « opportunité »


C’est le paradoxe d’une crise : c’est une situation difficile mais qui permet de saisir de nouvelles opportunités et de rebondir.


En français le mot vient du grec « Krisis » qui signifie « décision »..


En associant ces deux sens, on pourrait dire qu’une crise est un moment de changement ou il est utile de prendre des décisions pour saisir les opportunités présentes en son sein.


En quoi notre état émotionnel est-il déterminant pour s’adapter au mieux à une crise ?


La raison est simple :


Les états émotionnels liés à la peur ou au stress excessif affectent directement l’attention, la mémoire et la prise de décision (Gil, Medjad et Lacroix, 2017).


= Dans un état de stress et d'anxiété, vous ne pouvez prendre que de mauvaises décisions...


--> Dans un état de calme et de sérénité, toutes les solutions apparaissent.


Il est donc indispensable de pouvoir maîtriser son état émotionnel pour faire face aux crises de notre vie.


Une des opportunités majeures de cette crise est de justement profiter de ce confinement pour apprendre à maîtriser votre état intérieur sans vous laisser submerger par le monde extérieur.


C’est aussi l’opportunité de profiter de la présence permanente des enfants pour devenir leur modèle de gestion émotionnelle.


Les neurosciences ont démontré que l’être humain est biologiquement programmé pour apprendre par l’observation et l’imitation.


L'apprentissage de la gestion émotionnelle ne déroge pas à la règle.


Le meilleur moyen d'apprendre à nos enfants à devenir maître de leurs émotions est donc de devenir un modèle en la matière.


De plus, de nombreuses recherches sur la contagion émotionnelle montrent que l’intelligence émotionnelle du leader d’un groupe a un impact direct sur l’état émotionnel de tout le groupe (Sy, 2005).


En tant que parents vous êtes les modèles et les leaders de vos enfants.


Comme je l'ai cité dans mon précédent article : la capacité à gérer les émotions dépend de la maturité de notre cortex pré-frontal qui est immature jusqu’à l’âge de 21ans.


Pour permettre le développement efficace chez nos enfant de la zone du cortex pré-frontal qui permet de maîtriser ses émotions, nous devons leur apprendre par l'exemple.

Le problème est que en tant qu'adulte, ce n’est pas parce que nous avons un cortex pré-frontal développé que nous sommes capable de gérer nos émotions efficacement.


Une petite analogie pour illustrer mon propos :


Pour faire du Judo et dominer votre adversaire (ici nos émotions), vous avez besoin d'un kimono et d'une ceinture.


Imaginez que l'enfant ne possède pas encore de ceinture, il laisse donc bien plus de prises aux émotions car son kimono est complètement débraillé.


Un adulte possède une ceinture mais son niveau de maîtrise émotionnelle va de la ceinture blanche à la ceinture noire.


Quitte à apprendre à votre enfant à mettre une ceinture, autant que ce soit une ceinture noire !


Et tout comme au judo et dans tout les arts martiaux, personne ne peut réaliser les niveaux de maîtrise à votre place, on peut seulement vous les montrer plus ou moins bien.


La meilleure façon d'aider nos enfants à gérer leurs émotions est donc de devenir un maître ceinture noire en la matière et d’enseigner par l’exemple vos niveaux de maîtrise.


Restez bien accrochés, je vais vous transmettre dans cet article les grands principes de la gestion émotionnelle, il faudra ensuite les pratiquer encore et encore.


Le 1er élément indispensable est la prise de conscience que nous sommes responsable de notre état émotionnel.


Car je le répète :


Le vrai problème n’est pas ce qui nous arrive, mais la réaction émotionnelle et comportementale que nous avons face à ce qui nous arrive.


La 1ère étape est donc d’accepter le plus rapidement possible ce qui nous arrive lorsque nous n’avons pas la main sur les circonstances extérieures.


Les réactions qui nous font perdre le contrôle sur notre état émotionnel se regroupent en 2 catégories :


La Lutte : “C’est impossible”, “je refuse”, “ça ne se passera pas comme ça !” etc....

Vous avez le droit d’être en colère et de l’exprimer, mais rester bloquer dans cette énergie sans accepter la situation ne vous permettra pas d’être dans un état propice pour trouver des solutions.


Le Déni : “ça n’existe pas”, “tout va bien”, “je suis positif le monde est merveilleux”

Vous avez le droit d’être positif, mais faire comme si vous n’étiez affecté par rien ou refuser de voir le négatif en espérant entretenir des pensées uniquement positives, ne vous permettra pas non plus d’être lucide sur la situation.


La seule solution réside dans l'acceptation du monde extérieur sans filtres et l'action sur notre monde intérieur.


Citation de Marc Aurèle :


“Mon Dieu, donnez-moi la sérénité d'accepter les choses que je ne peux pas changer, le courage de changer celles que je peux changer et la sagesse de distinguer les premières des secondes.”


Être maître de sa vie, c’est apprendre à maîtriser son monde intérieur.


C'est en devenant maître de notre monde intérieur que nous pouvons faire des choix :

  • Fondés sur la réalité et les faits plutôt que notre imagination et nos hypothèses mentales (80% étant négatives nous le verront plus loin)

  • Conscients qui servent nos priorités hautes plutôt qu'inconscients qui servent nos distractions non prioritaires

  • Guidés par l'amour VS la peur

Les émotions telles que la peur et le stress n'impactent pas seulement notre environnement familial et la qualité de nos choix mais également notre physiologie, notre système immunitaire et donc notre santé.


Il n’y a rien de plus destructeur que le stress émotionnel.


Vous pouvez avoir l’environnement le plus sain qui soit et manger la meilleure nourriture, si votre stress est élevé vous dilapiderez littéralement votre énergie.


Suite à une crise de colère, le corps peut mettre jusqu’à 72h pour s’en remettre (journal of experimental Psychology, février 2014).


Les maladies psychosomatiques représenteraient plus de la moitié des cas traités par les médecins et on estime que 90% de toutes les maladies sont aggravées par des émotions négatives (Jacques Thomas, les maladies psychosomatiques).


Il est donc plus que jamais urgent et vital d’apprendre à gérer notre état interne et dompter ce stress émotionnel en cette période de crise sanitaire.


La bonne nouvelle est qu’il existe 3 piliers puissants que vous pouvez apprendre à contrôler et maîtriser pour avoir un pouvoir total sur vous-même.


Ils forment le système que je nomme “PLF”.


Et de même que lorsque votre survie est menacée il faut vous mettre en PLS.


Lorsque vous vous faîtes submerger par une émotion, vous pourrez vous mettre en mode PLF.


C’est l’objet du prochain article !


Ce 1er article est davantage théorique, car il a pour but d’ouvrir les consciences et de préparer au changement.


Le pourquoi doit toujours précéder le comment pour créer un apprentissage.


Le suivant sera concret et pratique et vous permettra d’entreprendre un travail sur soi, qui avec de l’entraînement (pas de baguettes magiques) peut changer votre vie.


Du fond du cœur,


Gauthier Olivier


PS : Merci de partager et liker massivement ce message si vous pensez qu’il peut aider des personnes.


(Article rédigé sur la page facebook "Epitychia" le 30 Mars 2020 en période de confinement, il reste toujours d'actualité même si le confinement physique a cessé, il reste néanmoins un confinement "psychique" et des conséquences psychologiques liées à cette période)

13 vues0 commentaire